Vos questions

Le cancer colorectal est très rare avant 50 ans. Sa fréquence augmente ensuite rapidement. Après 74 ans, l'intérêt d'un dépistage individuel peut être discuté avec le médecin traitant. Le dépistage organisé a démontré son efficacité pour réduire la mortalité par cancer de l'intestin auprès des personnes âgées de 50 à 74 ans. Après 74 ans, l'intérêt d'un dépistage individuel peut être discuté avec le médecin traitant.

Oui, car ces tests permettent de déceler un saignement invisible avant même l'apparition de symptômes. Après 50 ans, il est important de faire un dépistage du cancer colorectal tous les 2 ans, car ce cancer peut rester très longtemps sans symptôme identifiable.

Le test qui vous sera remis par votre médecin traitant et sa lecture sont pris en charge à 100% sans avance de frais.
En revanche, la consultation est prise en charge dans les conditions habituelles, de même que la coloscopie lorsqu'elle est prescrite.

Les polypes intestinaux sont des formations bénignes qui apparaissent au niveau du côlon et du rectum. Ils mesurent de quelques millimètres (cas le plus fréquent) à plusieurs centimètres.

Il existe plusieurs types de polypes. Certains polypes sont plus à risques de se transformer en lésion cancéreuse que d'autres en fonction de leur type et de leur taille.

Tout le monde. Leur fréquence augmente avec l'âge. Après 65 ans, un tiers des hommes et un quart des femmes ont des polypes.

Les polypes peuvent être d'origine isolée, c'est-à-dire sans antécédents familiaux. Leur origine peut être au contraire en rapport avec la présence de polypes chez d'autres membres familiaux. Enfin elle peut être clairement d'origine génétique par anomalie d'un gène. Dans ce cas pensez le signaler votre médecin traitant. Dans ces cas-là, la démarche sera différente.

Dans l'état actuel des connaissances, il n'est pas possible de donner des conseils éliminant le risque de cancer. Toutefois, une alimentation équilibrée et notamment riche en légumes et fibres végétales est préférable. Le dépistage reste donc indiqué même avec une alimentation équilibrée.

Non. Si vous avez entre 50 et 74 ans, que vous résidez en France et que vous êtes affilié(e) à l'Assurance maladie, le test de recherche de sang dans les selles vous est remis gratuitement par votre médecin; il est pris en charge par l'Assurance maladie. Le CDC93 vous envoie une lettre avec vos étiquettes d’identification, vous invitant à aller voir votre médecin à cet effet.

Non. Le test doit être réalisé chez vous, puis glissé dans l'enveloppe bleu destinée au laboratoire Cerba sans ajouter de timbre.

Non. Cependant, on évitera d'effectuer le test :

  • En période de règles (chez la femme)
  • En cas de crise d’hémorroïdes

Dans ces cas, le test sera effectué quelques jours plus tard. Les médicaments n'interfèrent pas avec le test.

Prenez rendez-vous avec votre médecin traitant.
En fonction de la consultation, il vous proposera les examens adaptés à votre situation, par exemple réaliser une exploration par coloscopie.

Si votre test est négatif, c’est que le test n’a pas détecté de traces de sang dans les selles. Dans la très grande majorité des cas, le test négatif traduit l'absence de lésion cancéreuse ou de polype. Cependant, il arrive que ces lésions ne saignent pas au moment du dépistage.
C'est pourquoi il faut le renouveler tous les 2 ans entre 50 et 74 ans et rester attentif à l'apparition de signes digestifs comme les douleurs intestinales, l'alternance de diarrhée et de constipation ou un saignement par l'anus. Dans ce cas, il faut en faire part sans tarder au médecin traitant.

Cela signifie que le test a détecté la présence de sang dans vos selles. Pour en identifier l’origine, votre médecin vous adressera à un gastroentérologue fin qu’il réalise une coloscopie. Il vous expliquera le déroulement de cet examen, ses avantages et ses rares complications.
Effectué sous anesthésie, cet examen permet de déceler la présence éventuelle de polypes et de les retirer avant qu’ils ne se transforment en cancer. Si un polype a déjà évolué en cancer, plus on le détecte tôt, plus les chances de guérison sont importantes.
Dans plus de la moitié des cas, la coloscopie ne décèle aucune anomalie. Elle détecte un polype dans 30 % à 40 % des cas, et un cancer dans 8 % des cas.

Après une coloscopie qui ne décèle aucune anomalie, vous recevrez une nouvelle invitation 5 ans après, si vous avez moins de 74 ans, à aller consulter votre médecin traitant pour bénéficier d'un nouveau dépistage par test de recherche de sang dans les selles en dehors de tout facteur de risque ou de troubles intestinaux récents.